Connexion utilisateur

Au cœur des réserves du Kenya


Nous ne sommes pas des naïfs et nous savions que le safari qui signifie « voyage » en swahili serait une voie tortueuse. Pourquoi ? Simplement parce qu’il faut accepter d’être encadré pour avoir accès à ces espaces préservés. Nous étions prêts à supporter ces conditions car le jeu en vaut la chandelle et que nous sommes rentrés avec des étoiles dans les yeux et des souvenirs pour au moins une décennie. L’obtention de nos visas s’est avérée être une formalité. Nous avions tout prévu. Dès notre arrivée à Nairobi, nous avons sollicité nos visas tourisme en contrepartie de la somme de 40 €. Nos passeports ont suffi et nous avions alors la possibilité de rester 3 mois dans ce pays, en famille. Notre fils de 15 ans n’avait pas besoin de visa, uniquement d’un passeport en cours de validité. Nous avions aussi pris les devants en nous faisant vacciner contre la fièvre jaune et les vaccins universels DTCP et hépatite B. Nous étions donc parfaitement préparés pour vivre une expérience unique. Si vous souhaitez réserver vos visas à l'avance, vous pouvez passer par https://www.action-visas.com/visa/Kenya-eVisa


Une quarantaine de parcs 

Unique mais très diverse car le Kenya abrite un nombre de parcs aussi foisonnant que la faune qui y vit. Compte tenu de la durée de notre séjour de 3 semaines, nous avons décidé de nous limiter aux parcs du Rift qui sont également les plus connus :

Le parc national de Nakuru : avec son lac alcalin, cette réserve représente un territoire de prédilection pour les oiseaux. Ce point d’eau est un lieu de regroupement pour les autres espèces que nous avons pu fréquenter en toute tranquillité. Depuis les zèbres, pour lesquels nous avons conclu qu’ils étaient bien noirs rayé de blanc et non le contraire ! Nous avons en effet observé de jeunes spécimens qui naissent avec une peau sombre qui se parsèment de rayures avec le temps. D’autres espèces comme les babouins, les girafes de Rotchschild et évidemment les autruches viennent compléter ce tableau zoologique. Même si les flamants sont moins nombreux que par le passé, nous a confié notre guide, les oiseaux ne manquent pas et nous avons pu réaliser des clichés de qualité.

Réserve nationale de Massaï-Mara Kenya : pour croiser le « Big Five », à savoir les lions, éléphants et autres grands mammifères, il faut continuer dans le Rift et franchir l’entrée de cette réserve où les Massaï continuent de vivre selon leurs traditions. C’est une plongée vertigineuse aux sources de l’Afrique  que nous avons accomplie. Nos rencontres ont à chaque fois été cordiales et extrêmement riches en surprises.

Pour conclure cette découverte du Kenya, nous avons rejoint sa côte qui recèle de merveilleuses îles comme celle de Lamu qui a conservé son empreinte moyen-orientale et encore des parcs. Des parcs marins cette fois, pour nous permettre de vivre des émotions « under water » après avoir vécu la savane et ses couleurs flamboyantes. C’est au sud de Diani Beach que nous avons pu explorer les fonds sous-marins au cours de plongées parfaitement sécurisées. Tout le littoral est paradisiaque et pour un adolescent, l’occasion de multiplier les activités nautiques. Pour nous, un peu de farniente est toujours une occasion à saisir de toute urgence après une plongée sur le « reef » tout près.

Le Kenya reste pour la famille un voyage hors cadre malgré le fait que nous ayons été toujours guidés. Notre sensation de liberté en côtoyant des espèces si diverses est restée entière et nous avons ainsi coché toutes les cases d’un voyage exceptionnel en conciliant les réserves, les paysages verdoyants et le bleu turquoise de l’océan indien. À conseiller pour les familles de baroudeurs !

Ailleurs sur le web

https://www.davidsansfrontieres.com/tanzanie-region-sauvage

https://www.restaurant-jeandelapipe.fr/kenya.html

https://www.aubleudarras.fr/les-big-five-du-kenya

https://visit24.fr/kenya